jueves, 18 de octubre de 2012

EBLOUIE PAR LA NUIT. Zaz







Eblouie par la nuit
à coup de lumière mortelle, 
à frôler les bagnoles 
les yeux comme des têtes d'épingle. 
J't'ai attendu cent ans 

dans les rues en noir et blanc.
Tu es venu en sifflant.

Eblouie par la nuit 

à coup de lumière mortelle, 
à shooter les canettes 

aussi paumée qu'un navire.
S
i j'en ai perdu la tête, 
j't'ai aimé et même pire 
Tu es venu en sifflant.

Eblouie par la nuit 

à coup de lumière mortelle, 
faut-il aimér la vie 
ou la regarder juste passer? 
De nos nuits de fumette 

il ne reste presque rien
que tes cendres au matin.
Dans ce métro rempli des vertiges de la vie 
à la prochaine station, petit européen. 
Mets ta main, descend-la au dessous de mon coeur.

Eblouie par la nuit 

à coup de lumière mortelle, 
un dernier tour de piste avec la main au bout.
J't'ai attendu cent ans

dans les rues en noir et blanc. 
Tu es venu en sifflant. 









No hay comentarios:

Publicar un comentario

También puede interesarte...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...